Intervenant

La professionnalisation des directions et des enseignants comme mode de régulation de leurs rapports : perspectives internationales

Maurice Tardif, Université de Montréal

Descriptif 

Dans cette communication, je vais m’intéresser à la professionnalisation conçue comme mode de régulation des relations entre les directions et les enseignants. On peut distinguer, au sein des systèmes scolaires et des établissements, deux champs de pratique relativement séparés et autonomes : 1) le champ de pratique de la direction qui consiste à faire fonctionner l’établissement en organisant le travail de tout un chacun, tout en respectant les multiples contraintes du système ; 2) le champ de pratique de l’enseignant qui consiste pour l’essentiel dans le travail en classe avec les élèves dans le respect du curriculum officiel et de l’organisation pédagogique. Pourtant, depuis les années 1980, on constate, notamment sous la pression des nouvelles politiques éducatives, que ces deux champs tendent à converger en partie. En effet, on demande de plus en plus aux directions d’exercer un leadership pédagogique dans leur établissement et pas seulement gestionnaire. En plus, elles doivent aussi évaluer d’une manière ou d’une autre les enseignants, notamment les nouveaux, et pénétrer ainsi dans le champ des pratiques pédagogiques. On demande également de plus en plus aux enseignants de participer à la vie collective des établissements, dont l’autonomie s’est accrue dans le cadre de processus de décentralisation. Enfin, sur le plan collectif, les enseignants, comme membres de l’équipe-école, jouent désormais un rôle non négligeable dans la dynamique des établissements et l’organisation des services éducatifs. Ainsi, ces deux champs de pratique se recouvrent donc désormais en partie, ce qui soulève forcément des questions, voire des tensions. Or, la professionnalisation des directions et des enseignants apparaît aujourd’hui comme l’une des réponses possibles destinées à réguler les relations entre ces deux champs et leurs acteurs. Que vaut cette réponse et comment concrètement l’opérationnaliser dans les établissements ?

Maurice Tardif
Professeur titulaire
Faculté des sciences de l’éducation
Université de Montréal
C.P. 6128, succursale Centre-ville, Montréal, Québec,
Canada, H3C 3J7

maurice.tardif@umontreal.ca

Brève biographie du conférencier

Maurice Tardif est professeur titulaire à la Faculté des sciences de l’éducation de l’Université de Montréal où il enseigne l’histoire de la pensée éducative occidentale. Il dirige la section montréalaise du Centre interuniversitaire de recherche sur la formation et la profession enseignante (CRIFPE) dont il est le fondateur et dont il a été le directeur pendant 15 ans. Il est membre de la Commission canadienne de l’UNESCO, de la Société royale du Canada et de l’Académie des sciences du Canada. Ses travaux portent sur la profession enseignante, sur son évolution et sa condition; il s’intéresse également aux autres catégories de personnel scolaire, à l’analyse du travail des enseignants, à leurs savoirs et à leur formation. Il a publié une trentaine d’ouvrages sur ces questions.